Forum des éducateurs spécialisés

Bienvenue à tous
Forum des éducateurs spécialisés

Forum pour l'éducateur spécialisé (Handicap, Rue, Adolescent, Maladie mentale, Exclusion, secteur médico-social, pédagogie, projet individualisé)

D'ici quelques semaines ce forum sera fermé mais nous avons créé une nouvelle plateforme d'échange:
http://educ-spe.ning.com/

    Méthodologie de projet

    Partagez
    avatar
    mickeydu86
    Modérateur
    Modérateur

    Masculin Nombre de messages : 1838
    Age : 62
    Localisation : nouaillé maupertuis dans la vienne
    Emploi : chômeur spécialisée
    Humeur : adieu l'été, bonjour l'hiver. fait bon rester sous la couette quand on est en dehors du "RYTHME"
    Réputation : 90
    Date d'inscription : 22/10/2008

    normal Méthodologie de projet

    Message par mickeydu86 le Dim 19 Sep 2010 - 20:36

    voici la méthodologie de projet de
    - JosephROUZEL – Le travail d’éducateur spécialisé – Éthique et pratique -
    et transmise par MAKHNO que nous remercions


    Méthodologie duprojet éducatif
    _ Qui ? Le (ou les) porteur(s) du projet
    _ Quoi ? Titre du projet
    _ Quels constats ? Analyse de situation
    _ Pour qui ? Bénéficiaires
    _ Pourquoi ? Finalités
    _ Pour quoi ? Objectifs
    _ Avec qui ? Partenariat
    _ Comment ? Moyens
    _ Quand ? Délais et échéances
    _ Où? L’environnement
    _ Que s’est-il passé ? L’évaluation
    _ Que se passera-t-ilensuite ? Suividu projet

    Sablier du projet
    On peut lerenverser pour créer un nouveau projet
    (là; il faut que vous fassiez appel à votre imagination pour voir un sablier qui dans sa partie supérieure englobeen se rétrécissant analyse de situation int ext et élaboration. la partie étroite est devant choix stratégique (qui est écrit à l'extérieur du sablier) et la partie inférieure qui va en s'élargissant et qui englobe réalisation et évaluation. )


    analyse de situation(+-)
    interne externe


    Elaboration
    Choix stratégiques
    Réalisation
    Evaluation
    Qui ? Le (ou les) porteur(s) duprojet
    Un projet est d’abord né d’une intention, d’uneidée. Le porteur de projet peut être une personne, ou une équipe. Il importeque celui (ou ceux) qui le met en avant s’implique dans cette « projection ».Qu’il puisse rendre compte de ce qui l’a amené à faire cette proposition. Leprojet ne fait pas que répondre à ce qu’on appelle un peu vite un « besoin »,il naît aussi du désir d’un ou de plusieurs sujets. C’est le moment où l’histoirede l’éducateur peut rejoindre l’histoire de l’institution. Déterminer dans l’histoirede chacun ce qui s’exprime à travers des valeurs affirmées, des convictions,des hypothèses, conduit à faire un projet, permet à chacun de s’y investir.
    Quoi ? Titre du projet
    Comme un être humain, le projet doit porter un nom,être repéré et faire sens assez rapidement.
    Quels constats ? Analyse desituation
    Au départ de tout projet, il y a la mise en évidenced’une situation sur laquelle on veut agir. Soit un dysfonctionnement, soit unenécessité nouvelle. Tout projet s’élabore dans un contexte donné. La naissanced’un projet est l’occasion de reparcourir le contexte, l’environnement et d’évaluerles forces en présence. Tout projet découle d’une analyse de situation quiquestionne et bouscule les différents niveaux de projet (projet associatif,institutionnel, technique, d’équipe, individuel…). Il s’agit d’évaluer lesforces positives, forces humaines, financières, matérielles, administratives…et les idées, valeurs et enjeux, donc de faire le tour des ressources. Maisaussi
    de mettre dans la balance ce qui va faire obstacleau projet, de repérer les forces négatives. Les éléments positifs et négatifssont à analyser autant dans l’institution que dans son environnement. Il fautdonc repérer les points d’articulation du projet à l’existant et en tirer lesconséquences. Ce temps d’analyse de situation doit impliquer le plus largementpossible les différents protagonistes touchés de près ou de loin par le projet.C’est la condition pour que chacun s’en saisisse et se positionne. Le premiereffet du projet vise à mobiliser plus ou moins largement, selon la nature du Projet,l’ensemble institutionnel, y compris les personnes prises en charge, et l’environnementconcerné (par exemple pour de jeunes mineurs, la famille et l’entourageproche).


    Pour qui ? Bénéficiaires
    A qui s’adresse le projet ? A quelle population ? Ungroupe ? Une personne ? Il s’agit de repérer assez finement les bénéficiairespotentiels et les acteurs du projet, de prendre en compte leurs difficultés etressources réelles. C’est un moment où les personnes prises en chargeredéfinissent le handicap, l’inadaptation ou le symptôme. Il s’agit aussi deconsidérer les conditions objectives du bénéficiaire du projet. Quel est sonâge et quelles sont ses limites ? Qu’en dit-il ? Il en est de même pour ungroupe. Ici aussi l’identification des bénéficiaires est l’occasion d’impliquerlargement, dans la réflexion et l’action, divers partenaires.
    Pourquoi ? Finalités
    Quel but lointain poursuit le projet ? C’est lemoment de réaffirmer les grandes valeurs qui fondent une institution et soudentles personnels. Le plus souvent, malheureusement, on se contente de préciser cequi est visé dans le projet de tel jeune, tel adulte, c’est l’autonomie, l’insertion,la responsabilisation. C’est sans doute le moment critique dans l’élaboration d’unprojet où il faut faire un travail, sans cesse à renouveler, de définitions, derecherche d’étayage théorique, d’identité réaffirmée dans le positionnementéducatif. Le pourquoi mobilise des présupposés théoriques,
    philosophiques, idéologiques, culturels, éthiques,qui sous-tendent la construction du projet. Cette question pousse les acteursdu projet à prendre position, donc à situer leur projet dans une relation à lapersonne prise en charge. C’est le moment pour l’éducateur de se demander ce qu’ilveut à cet autre dont on lui a confié la charge d’éducation.
    Pour quoi ? Objectifs
    Notons d’abord que si ce second « pour quoi ? » s’orthographieen deux mots, c’est pour insister sur la nature du projet, sur ce qui est viséà court et moyen terme. De quoi s’agit-il dans ce projet ? Pour quoi faire ?Par exemple, si dans les finalités l’on a dégagé qu’avec un jeune c’est biendans une perspective d’autonomie (à condition de définir ce terme) que l’onentreprend un projet, il s’agira dans cette rubrique de montrer par quelle voiematérielle va se réaliser cette visée. Ce peut être à l’occasion d’une activité, d’un projet deformation, d’un projet thérapeutique, etc. Il s’agit là d’articuler de façoncohérente les raisons de la prise en charge et les moyens mis en oeuvre pour yparvenir. Les objectifs deviennent alors les moyens que l’on se donne pourarriver aux finalités.
    Avec qui ? Partenariat
    Aucun projet ne se fait isolément. Il implique,toujours à différents degrés, divers partenaires. Il faut alors vérifier quelleplace ont dans un projet singulier, des partenaires inter etintra-institutionnels. Il s’agit de considérer qui est, ou peut être impliqué.Quels partenaires extérieurs à l’institution (par exemple, pour le projet d’insertiond’un jeune, la PAIO, l’ANPE, la Mission Locale, les dispositifs de formation,etc.). Il faut aussi prendre également en considération les partenairesinternes : les administratifs, les techniciens concernés directement ouindirectement (médecins, thérapeutes, enseignants, éducateurs) ou tout autrepersonnel (de service, chauffeur, cuisinier, lingère…). Il ne s’agit pas defaire un passage d’information sur l’éventualité du projet, mais bien d’inviterchacun à s’impliquer, en fonction de la place qu’il occupe. Et bien entendu, ilest nécessaire de mesurer la place laissée dans l’élaboration même du projet àla personne suivie. Ce temps d’élaboration, de mise en perspective, n’a sonsens que s’il est l’occasion pour les personnes « usagers », de se mobiliser,de devenir acteurs de leur propre projet de vie. C’est donc un moment d’implicationgénérale des partenaires.
    Comment ? Moyens
    A cette étape de l’élaboration du projet, il y aobligation de faire une prévision aussi exacte que possible des moyensnécessaires pour atteindre les objectifs annoncés. Il s’agit donc de faire un chiffragecomplet des moyens humains, techniques, matériels, financiers… C’est une étapesur laquelle se brisent souvent les volontés de changement. Généralement, lesmoyens sont insuffisants. Prenons un exemple. Une équipe éducative fait leprojet avec un groupe d’adolescents d’un voyage. Les objectifs ont été dégagés; ils sont pertinents. Il est question de mettre ces jeunes en situation réellede responsabilité, etc. Mais les finances manquent (voyage, hébergement, etc.).Deux possibilités s’offrent à l’équipe éducative qui promeut ce projet ; soittout arrêter, soit intégrer dans le projet un second niveau de projet, dont l’objectiffinancier se double aussi d’une visée éducative. Les éducateurs proposent auxjeunes de fabriquer des crêpes pendant un temps donné et de les Vendre dansdivers comités d’entreprise environnants. C’est faire d’une pierre deux coups,si ce n’est plus : car dans la découverte de l’environnement, les jeunestrouveront aussi leur compte !
    Cet exemple montre toute la complexité d’un projet,dont l’intérêt sur le plan humain et éducatif n’est pas l’aboutissement maisréside dans la mobilisation des forces vives qu’il permet.
    Quand ? Délais et échéances
    La question du temps est primordiale dans toutprojet. Le temps inscrit dans le projet concerne non Seulement la programmation(planning des différentes étapes, par exemple), mais encore la prise en compteglobale du projet dans toutes ses conséquences. Un projet se caractérise parune phase d’élaboration, suivie d’une phase de réalisation, ponctuée et concluedans une phase d’évaluation. L’évaluation peut s’intégrer selon les projets,aux différentes étapes de la mise en oeuvre. Il s’avère Important de fixer letemps nécessaire aux trois phases. Si le projet n’est pas tenu dans ces limitestemporelles, il glisse sous forme d’un vague souhait pour s’éteindre en regretet déception.
    Où ? L’environnement
    Il paraît indispensable de prendre en compte lespossibilités de l’environnement spatial où doit se dérouler le projet.
    Que s’est-il passé ? L’évaluation
    L’évaluation est un point très important du projet.Le terme « d’évaluation » est à distinguer de celui de « contrôle », ou de «bilan ». Le contrôle vérifie la conformité d’un projet par rapport aux missionsde l’établissement, aux financements, etc. Le bilan est à prendre en compte,comme en comptabilité, pour mettre en perspective de façon quantitative leréalisé, et le comparer au prévisionnel. Bilan et contrôle ont leur place dansles retours à l’institution et les comptes-rendus aux différents partenaires. Maisseule l’évaluation permet de dégager le sens du projet. Le mot « évaluation «est de la même famille que « valeur ». C’est le moment on l’on dégage la valeurde ce qui a été réalisé. Cette étape permet à chacun de prendre conscience deson inscription dans le projet. Que ce soit en termes d’échec ou de réussite,ce qui dans les projets éducatifs n’est pas le plus important, puisque ce qui estmesuré par l’évaluation, c’est le mode de participation de chacun, soninvestissement subjectif et ce qu’il en retire dans sa vie. L’évaluation est leplus souvent repoussée en fin de réalisation du projet. Ce qui est une erreur. Ilpeut s’avérer indispensable, selon les projets, de prévoir des temps d’évaluationintermédiaire. Plus le projet est complexe et implique de partenaires, plus ilfaut mettre l’accent sur ce point. L’évaluation intermédiaire, programmée etréalisée, prend tout son sens lorsqu’elle permet de faire le point sur lesfinalités et les objectifs poursuivis, de les comparer à l’action réalisée, etde réinterroger l’engagement de chacun dans le projet. Il s’agit de gérer lesécarts et d’intégrer les imprévus, les « impondérables ».
    L’évaluation intermédiaire peut déboucher sur uneremise en cause du projet, une annulation, une modification, des aménagements,des redéfinitions… C’est aussi le moment de vérifier que les moyens prévus ontbien été réunis. Si les écarts sont vécus et mesurés comme trop importants, il convientde réorienter la pratique, soit de changer le projet, et de s’orienter vers unprojet plus réaliste, plus adapté aux circonstances, et plus en accord avec lesdésirs des personnes qui s’y investissent.
    À l’occasion d’un projet, que ce soit dans sa phased’élaboration, de réalisation ou d’évaluation, il ne faut jamais perdre de vueles objectifs de base du travail éducatif. A ce titre, le projet est à considérercomme un outil parmi d’autres, dans un ensemble de médiations très riche, etnon comme une fin en soi.
    Le projet a pour vocation d’ouvrir les portes dudésir souvent étouffés. Et parfois, ce qui se réalise est bien éloigné duprojet.
    Le temps d’évaluation intermédiaire permet égalementde remobiliser les forces.
    L’évaluation finale permettra de mettre à plat cequi a été vraiment réalisé, de mesurer les écarts entre le projet de départ surle papier et sa réalisation sur le terrain. Cette évaluation permettra égalementà chaque protagoniste du projet de prendre la mesure et de témoigner de sonimplication.
    Le projet doit donc, dès le départ, prévoir l’évaluation.Il doit l’inscrire dans le temps et en dégager
    les critères et les modalités de réalisation.
    Que se passera-t-il ensuite ?Suivi du projet
    La visée principale du projet éducatif n’est pas àtout crin l’aboutissement du projet tel qu’il a été pensé. Dans le domaineéducatif, il semble qu’un bon projet est un projet qui donne naissance à d’autresprojets.
    Comme l’écrivait Freud, « entre la satisfactionrecherchée et celle obtenue, il y a un écart ».
    L’évaluation doit permettre de rebondir sur denouveaux projets, si cette part de manque est prise en compte. Saisir lespoints d’insatisfaction pour engager d’autres actions. Être capable dans la phasefinale d’un projet de mobiliser le désir chez chacun et accompagner sonexpression, est une des clés du projet éducatif.
    Cette dimension d’articulation et d’enchaînement desprojets les uns aux autres est un point
    fondamental pour un éducateur. En effet, lespersonnes sue prennent en charge les éducateurs sont le plus souventdéstructurées dans leur capacités de symbolisation. Il leur est difficile defaire du lien, non seulement sur le plan relationnel, mais aussi sur le plandes associations psychiques à la racine de toute pensée. Le projet, qui naît etrenaît sans cesse, représente ainsi un espace de mise en scène et d’apprentissageà partir d’objets de la réalité. Il favorise le développement psychomoteur etrelationnel. Les conduites de projet dans le champ éducatif n’ont d’intérêt que
    parce qu’ils permettent de mobiliser desreprésentations, des affects, des désirs, de l’imagination, de la création… Leprojet offre un contenant et un terrain d’aventure, que ce soit pour despersonnes souffrant de troubles mentaux, de handicaps sensoriels ou moteurs, oud’inadaptation sociale. Il n’est pas d’action éducative qui ne participe peu ouprou d’une telle dimension.

    - JosephROUZEL – Le travail d’éducateur spécialisé – Éthique et pratique -


    bonne lecture
    avatar
    elya
    Membre très actif
    Membre très actif

    Féminin Nombre de messages : 327
    Localisation : Bordeaux
    Emploi : Educatrice spécialisée
    Humeur : /
    Réputation : 12
    Date d'inscription : 07/04/2010

    normal Re: Méthodologie de projet

    Message par elya le Lun 20 Sep 2010 - 15:12

    Wouh, que c'est riche ! Merci beaucoup à vous deux.

      La date/heure actuelle est Dim 19 Nov 2017 - 12:25