Forum des éducateurs spécialisés

Bienvenue à tous
Forum des éducateurs spécialisés

Forum pour l'éducateur spécialisé (Handicap, Rue, Adolescent, Maladie mentale, Exclusion, secteur médico-social, pédagogie, projet individualisé)

D'ici quelques semaines ce forum sera fermé mais nous avons créé une nouvelle plateforme d'échange:
http://educ-spe.ning.com/

    repas en institution médico-sociale

    Partagez
    avatar
    mmusquin
    Nouveau
    Nouveau

    Féminin Nombre de messages : 2
    Age : 40
    Localisation : aisne
    Emploi : educ spé
    Humeur : /
    Réputation : 0
    Date d'inscription : 28/07/2011

    normal repas en institution médico-sociale

    Message par mmusquin le Jeu 28 Juil 2011 - 14:51

    Bonjour collègues,
    je travaille dans un établissement qui accueille des adultes handicapés mentaux de plus de quarante ans et nous réfléchissons actuellement à notre accompagnement au niveau des repas. l'établissement est ouvert depuis six ans et les repas sont pris en commun dans une salle, les résidents de l'établissement sont locataires de studios. Les studios se situent dans une sorte de rue couverte. un hall d'entrée sépare les salles vouées aux temps collectifs (activités, repas, détente...) de ces studios. Les résidents organisent leur journée en fonction de ce qui leur est proposé comme activité, de leur rdv médicaux ou de leur temps de travail. Ils prennent leur repas dans leur logement s'il le souhaite. Notre réflexion porte sur l'observation que les repas restent majoritairement pris en collectivité malgré la possibilité de les prendre à domicile, ce que nous interprétons comme la force d'une habitude acquise après pour certains, vingt ans passés en foyers d'hébergement. Nous réfléchissons donc en équipe à la manière de casser cette habitude du "groupe". Il nous faut trouver un juste équilibre entre l'investissement par les locataires de leur studio et la nécessité de temps passés avec le groupe pour éviter l'isolement. certains prennent leur repas chez eux systématiquement, voir se font eux-même la cuisine, ils organisent leur emploi du temps d'une manière très différente de ce qu'il a pu être quand ils vivaient en foyer et ils paraissent en profiter pleinement. pour les autres, la présence du groupe paraît indispensable. Après avoir travaillé à ce que les résidents soient à l'écoute de leur désir, nous nous interrogeons sur nos choix et sur ceux que nous induisons chez eux. Nous ne les servons pas à table, ils s'installent où ils veulent, nous encourageons la solidarité des personnes valides envers les personnes en fauteuil... Mais, à force de penser qu'ils peuvent être soulagés de ne pas constamment avoir sur eux le regard d'un éducateur, nous nous désengageons peut-être d'un temps important d'échange et d'observation.En bref, nous craignons de voir se scléroser notre pratique et nous ne voyons pas comment la faire évoluer pour que les repas se "désinstitutionnalise", pour que ça ne fasse pas "maison de retraite" et que ce temps reste un temps important de la journée au niveau éducatif, qu'il continue à s'y passer, à s'y dire des choses et que nous y trouvions notre juste place. Avez-vous des expériences à me présenter ou des idées?
    avatar
    thotoine
    Nouveau enthousiaste
    Nouveau enthousiaste

    Féminin Nombre de messages : 8
    Localisation : Midi-Pyrenées
    Emploi : educatrice specialisée- ASE
    Humeur : /
    Réputation : 0
    Date d'inscription : 25/06/2011

    normal Re: repas en institution médico-sociale

    Message par thotoine le Jeu 28 Juil 2011 - 19:45

    Bonsoir,

    C'est super intéressant votre démarche de questionnement institutionnel, et à mon tour je m'interroge....
    Les résidents peuvent-ils exprimer ce qu'ils souhaitent? Pourquoi changer leurs repères s'ils n'en souffrent pas? ou bien , ce changement (quel qu'il soit) peut-il les stimuler?
    De qui vient ce questionnement?
    Et pourquoi ça ne ferait pas "maison de retraite"? quelles représentations de la maison de retraite avez-vous?

    la question du repas est une question centrale dans ma pratique (educ' ASE), elle me permet d’évaluer une quantité de choses, d'aborder la santé, la nutrition, le lien social, le budget, les codes en société, les comportements alimentaires...etc...
    à travers votre questionnement, ne touchez-vous pas une partie de votre projet pédagogique, ou projet d'ets?

    au plaisir de suivre votre reflexion...
    avatar
    makhno
    Modérateur
    Modérateur

    Masculin Nombre de messages : 863
    Age : 58
    Localisation : Fécamp
    Emploi : moniteur éducateur
    Humeur : /
    Réputation : 49
    Date d'inscription : 09/03/2009

    normal Re: repas en institution médico-sociale

    Message par makhno le Jeu 28 Juil 2011 - 20:52

    Salut,
    je bosse dans un foyer d'hébergement pour adultes handicapés mentaux. La moyenne d'âge se situe aux alentours de 35 ans. Il y a trente deux résidents et tous sont hébergés en studio. Le foyer est une ancienne maison de retraite.
    Les repas peuvent être pris collectivement mais sont livrés en barquettes individuelles.
    Le foyer dans cette version a 5 ans.
    Auparavant les personnes vivaient en collectivité (chambres de trois, salles de bain collectives et salle à manger également.
    Actuellement, une dizaine de personnes mange au collectif et ce sont majoritairement des personnes qui n'ont pas connues la collectivité. Ceux qui ont vécu en internat se retrouvent chez eux et mangent seuls où avec leurs copain. Ils leurs arrivent également d'inviter un éducateur à venir manger avec eux.


    _________________
    «La musique seule a une place dans le monde actuel, précisément parce qu’elle ne prétend pas dire des choses déterminées.»
    [ Mikhaïl Bakounine ]
    avatar
    mmusquin
    Nouveau
    Nouveau

    Féminin Nombre de messages : 2
    Age : 40
    Localisation : aisne
    Emploi : educ spé
    Humeur : /
    Réputation : 0
    Date d'inscription : 28/07/2011

    normal Re: repas en institution médico-sociale

    Message par mmusquin le Ven 29 Juil 2011 - 9:41

    Dans l’établissement, les repas arrivent en liaison froides toute la semaine sauf pour les week-end où nous avons fait le choix de cuisiner avec eux pour l’intérêt éducatif et le plaisir qu’il y a à la « cuisine maison ». Un travail est fait aussi auprès de ceux qui cuisinent chez eux, par exemple un stagiaire en BTS ESF a imaginé de nouveaux outils à partir de dessins pour la gestion des aliments, des denrées périssables et autour de la sécurité en cuisine. Il a en plus créé un jeu de sept famille adapté qui lui a permis de faire passer de manière ludique les informations importantes quand on gère son alimentation et qu’on cuisine. Par ailleurs, nous avons utilisé le principe du jeu télévisé « un dîner presque parfait » pour leur faire découvrir les plaisirs d’une cuisine conviviale, de recevoir des amis, de personnaliser sa décoration et son accueil en peaufinant l’ambiance. A l’occasion de ces repas, l’alcool est autorisé, le week-end aussi d’ailleurs. Il fait partie de la démarche d’éducation au goût initiée au travers des repas du week-end. C’est aussi une réponse à une demande récurrente de la part des locataires qui, lorsque qu’il n’y a pas de contre-indication médicale, ne voient pas pourquoi l’alcool leur serait interdit. Donc, mis à part ces moments un peu privilégiés de travail individuel auprès de ceux qui cuisinent ou auprès du groupe plus petit du week-end, l’idée de changer le fonctionnement du grand groupe la semaine ne vient pas forcément d’un constat que les choses ne se passent pas bien, mais plus de l’idée qu’elles pourraient être encore améliorées. Les locataires n’ont pas de demandes particulières, à part le fait qu’ils trouvent qu’on est un peu serrés quand tout le monde est dans la salle à manger. Pour ma part, je trouve que la présence de l’éducateur est nécessaire pour certaines personnes, ne serait-ce que pour les problèmes de fausse-route ou parce qu’elles auraient tendance à manger avec un lance-pierre par exemple. Pour répondre à la question « d’où vient le questionnement ? », il est venu d’une part de l’équipe qui déplore le coté « banquet de communion » tous les midis et de la direction qui trouve qu’il faudrait transférer les plats réchauffés dans des petits plats à disposer sur les tables. L’équipe pense que par rapport au temps que ça prendrait (et que nous n’avons pas forcément quand on est seul pour 22 le matin) le bénéfice ne serait pas intéressant. Les résidents ne sont pas suffisamment autonomes pour nous assister dans ce genre de tâches et la cuisine pas assez fonctionnelle non plus pour une vaisselle de cette taille là. A 15 heures on y serait encore.
    Pour être claire : nous avons 22 résidents, 12 sont locataires, 10 viennent à la journée, 3 cuisinent et, disons au moins quatre locataires ne peuvent pas manger sans surveillance plus 6 des 10 qui viennent la journée. Nous suggérons aux locataires que l’on peut laisser sans surveillance, de manger chez eux et d’en inviter d’autres mais nous nous demandons si systématiser ce fonctionnement ne nous ferait pas perdre quelque chose au profit des dix personnes qui déjeuneraient du coup dans une salle à manger plus calme.
    Est-ce qu’en allégeant le groupe en organisant les choses de cette façon on ne se dédouane pas d’une partie de notre travail ou est-ce que ce choix constitue une avancée dans la démarche d’individuation que nous faisons (individuation dans le sens où la personne passe son repas dans un espace privé qu’elle organise comme elle le souhaite, avec des amis ou pas, devant la télé…, où elle vit sa vie comme chacun le ferait entre deux période de travail par exemple.) le problème est surtout le manque de temps et de moyen en terme d’encadrement et puis une organisation que nous souhaitons la plus souple possible pour laisser de la place à la spontanéité.
    Makno, ton institution a eu l’air de trouver ses marques naturellement, nous c’est naturellement que les résidents ont repris leurs habitudes du foyer et pour ceux qui venaient de leurs familles, nous avons jugé que le temps des repas en groupe était important pour qu’ils s’intègrent mais aujourd’hui, nous faisons notre mea culpa, nous n’avons pas su impulser assez tôt une autre façon de vivre au sein de notre établissement. Par contre, si je me trompe et que c’est ton équipe qui a organisé le changement de fonctionnement, je serais curieuse de savoir comment vous avez présenté les choses.
    Thotoine , la représentation de la maison de retraite est celle de notre directeur, c’est lui qui a lâché le mot en ajoutant en plus qu’on se croirait dans une institution des années 80…. Au final, quand on en a parlé, il ne sait pas plus que moi à quoi ressemble un repas en maison de retraite, je pense que c’est le coté collectivité qui apparaît dès qu’un groupe est un peu grand qui le dérange. Il faut dire qu’avant, l’établissement était ressenti comme une structure très familiale parce que le groupe était moins conséquent, les résidents se partageaient entre plusieurs établissements, une bonne partie d’entre eux travaillaient encore en ESAT et y prenaient leur repas le midi.
    Voilà pour vous présenter les choses un peu plus précisément. Merci pour vos réponses. Si vous avez encore des questions… je vous tiens au courant pour la suite de ce qu’on aura imaginé et essayé.

    Contenu sponsorisé

    normal Re: repas en institution médico-sociale

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Ven 15 Déc 2017 - 2:21